Voie d’avenir : des conseillers municipaux de Bétaille et Strenquels appellent les citoyens à se rassembler contre le projet

Madame, Monsieur,

Vous le savez certainement, la réalisation de la déviation, surnommée «  voie d’avenir » va devenir concrète.
Cette « voie d’avenir », à laquelle la plupart des élus locaux ce sont opposés, va traverser notre région, détruire des dizaines d’hectares de terre agricole riches, impacter durablement l’environnement, défigurer nos villages, polluer les sols et nos rivières non seulement sur le tracé T3 mais aussi sur Carennac, Bétaille, Vayrac, St Michel et Condat. L’exploitation des carrières de castine et de fait le passage quotidien des camions sur le pont de Carennac refait, occasionneront des nuisances tant sur le réseau routier que sur la vie des habitants.

Pourtant, une autre solution existe pour désenclaver le nord du Lot !

La vraie « voie d’avenir » c’est : le rail.

Le T3, c’est 55 millions d’euros sans compter les surcoûts liés à la rénovation du pont de Carennac, la mise en place d’échangeurs et le risque sous-jacent d’inondation.
On sait ce qu’a coûté la déviation de Puybrun !
La mise aux normes catégorie D (transport du fret, convois de 1500 T) de la ligne Brive-Biars-Aurillac coûterait 20 millions d’euros soit une économie conséquente. De plus, ce choix permettrait de reconquérir les usagers des transports publics. Au lieu de cela, en réduisant la vitesse des trains de 80 à 60km/h, en supprimant, avec les horaires d’hiver, les correspondances avec Toulouse et Bordeaux, la SNCF, appuyée par les élus départementaux et régionaux, organise la fuite des usagers et prépare progressivement la fermeture de la ligne Brive-Biars-Aurillac.

En fait, l’objectif est de mettre des autocars sur les routes et faire payer l’infrastructure routière par les collectivités territoriales ! Il faut stopper une telle organisation de notre territoire qui conduit à la multiplication des infrastructures au détriment des espaces naturels, ruraux et de la biodiversité.

De plus les contrats plans Etat-Régions consacrent en moyenne 5 fois plus d’argent à la route qu’au rail.
Nous ignorons très souvent les conséquences de ces choix : un investissement lourd, 65 % des dépenses d’infrastructures sont consacrées au secteur routier, sans oublier les accidents de la route, la pollution de l’air, et les nuisances sonores.
Les contribuables et les générations futures paient lourdement pour l’automobile et le camion d’aujourd’hui.
Le choix du rail
faciliterait le déplacement des usagers sur leur lieu de travail, offrirait aux jeunes la possibilité de rejoindre leur lieu d’études, favoriserait l’accès à la culture (cinéma, théâtre, concerts…), à la santé et à tout ce qui pourrait permettre à la population de rester vivre dans sa région.

    L’argent public doit servir à l’intérêt commun.

Déjà de nombreuses associations et élus agissent dans ce sens. Nous proposons de nous rassembler pour faire entendre notre voix et organiser la convergence des actions. Nous proposons de nous rencontrer le :

Vendredi 5 décembre à 20h30
dans la salle des fêtes de Strenquels
afin de réfléchir ensemble et décider de nos actions

Thierry GROSSEMY, Florence CUBAYNES, conseillers municipaux d’opposition de BETAILLE
Jacques MARCOZ, conseiller municipal de STRENQUELS

Ce contenu a été publié dans Délibérations, positions d'élus, Initiatives, Réunions/Manifestations, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Voie d’avenir : des conseillers municipaux de Bétaille et Strenquels appellent les citoyens à se rassembler contre le projet

  1. LNG dit :

    TURENNE-Environnement est présent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.