« Nous avons dépoétisé nos sociétés”, Pierre Rabhi, en Ardèche

Sa première rencontre avec la beauté, Pierre Rabhi l’a faite aux portes du désert, dans la petite oasis du Grand Sud algérien où il est né en 1938, dans « une nature qu’on pourrait croire désolée, dominée par le minéral, mais qui offre un silence unique et vous rapproche de l’absolu ». Quelques années plus tard, le fils de forgeron devenu pionnier de l’agroécologie et paysan poète a retrouvé ce silence perdu en Ardèche.
nous-avons-depoetise-nos-societes,M187294 (Photo : Olivier metzger, pour Télérama)

Lire la suite sur Télérama

Ce contenu a été publié dans Articles de presse, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.