Delphine BATHO à Libération : la fracturation hydraulique restera interdite

Extrait de l’interview de Delphine BATHO, accessible sur le site du journal Liberation, ce mercredi 26 juin 2013 :

Delphine Batho: « La fracturation hydraulique restera interdite en France« .

La loi interdisant cette pratique, et donc l’exploitation du gaz de schiste, est menacée par un possible renvoi en Conseil constitutionnel.
La ministre de l’Ecologie Delphine Batho répond à Libération.
La minstre de l'écologie Delphine Batho en novembre 2012.
La ministre de l’écologie Delphine Batho en novembre 2012. (AFP)

L’Etat avait-il le droit d’interdire en juillet 2011 la fracturation hydraulique pour fermer la porte aux gaz de schiste? Le Conseil constitutionnel devrait bientôt être saisi de cette question explosive qui oppose les défenseurs de l’environnement aux pétroliers. Le rapporteur public du Conseil d’État a recommandé mercredi le renvoi au Conseil constitutionnel d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) de la compagnie pétrolière américaine Schuepbach qui souhaitait utiliser la fracturation hydraulique et dont deux permis de prospection avaient été annulés fin 2011. La ministre de l’Ecologie Delphine Batho affirme que «la position du gouvernement ne changera pas».

N’est-ce pas une victoire du lobby des industriels du gaz de schiste?

Non. Celui-ci n’obtiendra pas par une guerilla juridique ce que la mobilisation citoyenne a empêché. Je suis sereine. La décision démocratique qui a été prise d’interdire la fracturation hydraulique est justifiée. D’ailleurs, des études qui viennent de paraître sur la pollution des nappes phréatiques aux Etats-Unis montrent la réalité des pollutions et des dégâts environnementaux.

Si la loi de 2011 venait à être remise en cause, que feriez-vous ?

Si jamais cela s’avérait nécessaire, elle serait confirmée et reconfirmée. Il n’y aurait aucun problème pour adapter le texte. Quelle que soit la suite de la procédure devant le Conseil d’Etat, je tiens à dire que la position du Président de la République et du gouvernement ne changera pas. La fracturation hydraulique restera interdite en France. D’ailleurs, le bien fondé de la loi n’est pas remis en cause par le rapporteur du Conseil d’Etat. Ce dernier n’a pas retenu le caractère «sérieux» de la demande, via une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), de la compagnie pétrolière américaine Schuepbach, dont deux permis d’exploration ont été annulés fin 2011. Il a simplement retenu le caractère «nouveau», car c’est la première fois que la question est posée en justice.

Et si les industriels trouvent une autre technique que la fracturation hydraulique ?

Je ne fais pas de politique avec des «si». Les industriels eux-mêmes indiquent qu’il n’y a pas d’autre technique aujourd’hui. Et il resterait de toute façon la question du climat, car le bilan carbone de l’exploitation des gaz de schiste est important. J’ai profondément confiance dans le fait que personne n’imposera des technologies polluantes.

Les industriels mettent en avant de possibles gains économiques, la marche en avant du progrès…

Le progrès, ce n’est pas la pollution et la destruction de l’environnement et des paysages. La France est le premier pays touristique du monde. Nous accueillons 80 millions de touristes par an, cela représente 7% du PIB… Nous n’allons pas sacrifier cela et transformer la France en gruyère pour obtenir 10% de notre consommation de gaz. Avec la transition énergétique, nous envisageons d’aller chercher notre compétitivité économique dans les énergies de demain, les énergies propres. Et aussi dans la maîtrise de notre consommation.

A propos Bertrand Gille

Membre du Collectif de Brive, délégué corrézien à la rencontre de la DREAL Aquitaine
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.